Madame Arlette Soudan-Nonault a tenu une conférence de presse relative à la participation de la république du Congo à la COP24

Cliquez-ici, pour télécharger la version numérique de la communication de presse.

Mesdames et Messieurs les Journalistes,

Comme vous le savez, la Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques est un rendez-vous mondial qui réunit chaque année dans l’un des  pays membres à la Convention, les Chefs d’Etat et de Gouvernement, les Représentants des Organisations sous régionales, régionales et internationales, des Organismes du Système des Nations Unies, des Organisations de la Société Civile et du Secteur Privé, des Médias, ainsi que les des Observateurs.

Cette année, la 24ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), se déroulera du 2 au 14 décembre 2018 à Katowice en Pologne. Après la présidence assurée par les îles Fidji en 2017, c’est au tour de la Pologne de prendre les commandes de cette négociation climatique internationale à laquelle participeront 192 Etats.

Depuis près de 24 ans, les Conférences des parties à la CCNUCC ont permis tant bien que mal à la communauté internationale d’avancer sur les questions liées à la lutte contre les changements climatiques.

Pour mémoire, la COP 21 tenue en décembre 2015, en France, a marqué un tournant dans les négociations climatiques.

Cet accord dont l’ambition affichée est de maintenir la température de la terre en dessous de 2 degré a permis l’adoption d’un nouveau cadre juridique international, beaucoup plus ambitieux et contraignant, qui va remplacer le Protocole de Kyoto à l’horizon 2020.

Deux années avant son entrée en vigueur, il est temps de fixer les règles pour soutenir l’ambition des Etats et ancrer l’économie réelle dans l’action climatique.

Plusieurs décisions sont donc attendues à la COP24 qui, devront permettre la mise en œuvre concrète de l’Accord de Paris, notamment l’établissement d’un ensemble de règles applicables et détaillées pour expliciter qui fait quoi, quand et comment.

Mesdames et Messieurs,

La République du Congo, fait partie du Groupe des 77 + la Chine, du Groupe Africain et du Groupe COMIFAC, afin de bâtir des positions communes lors de ces négociations.

Bien qu’il soit le continent qui contribue le moins aux émissions globales, l’Afrique est en même temps l’une des régions les plus vulnérables aux changements climatiques, où des dizaines de millions de personnes subissent, chaque année, les effets néfastes des sécheresses, des inondations, des érosions, des glissements de terrain, du stress hydrique, de l’insécurité alimentaire et d’autres effets secondaires accentués par les changements climatiques. C’est pourquoi l’Afrique devrait recevoir beaucoup plus qu’elle ne reçoit à l’heure actuelle en termes d’appui financier pour l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques.

Le Groupe des Négociateurs Africains, présidé actuellement par l’Egypte, qui réunit des délégués de tous les pays du continent, représente les intérêts de l’Afrique aux négociations sur les changements climatiques au niveau mondial, sous la direction de l’Assemblée de l’Union Africaine, du Comité des Chefs d’État et de Gouvernement Africains sur le Changement Climatique (CAHOSCC) et de la Conférence Ministérielle Africaine sur l’Environnement (CMAE), avec le soutien financier et technique des Agences comme le Centre Africain pour la Politique en matière de Climat (CAPC), l’Initiative Climat pour le Développement de l’Afrique (ClimDev-Afrique) et la Banque Africaine de Développement (BAD).

Mesdames et Messieurs,

La République du Congo prendra une part active à la COP24. L’engagement de Son Excellence Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat et son leadership en matière de protection de l’environnement n’est plus démontrer.

Le Président de la République s’investit depuis plusieurs années aux côtés de la communauté internationale pour rechercher les solutions concourant aux bénéfices globaux pour le bien de l’humanité toute entière. La dernière intervention du Chef de l’Etat au Forum de Paris sur la Paix illustre de nouveau cet engagement.

Pour notre pays, la COP24 sera l’occasion de promouvoir et de rechercher des financements pour la Commission Climat du Bassin du Congo et le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, deux initiatives nées à Marrakech lors de la COP22 et dont le Congo assure respectivement la présidence et la Coordination technique et dont l’objectif est de contribuer à la lutte contre les changements climatiques.

Des financements seront également rechercher pour la gestion durable des écosystèmes  forestiers, notamment les tourbières et les mangroves.

Mesdames et Messieurs

Le Département de l’Environnement dont j’ai la charge, prépare activement la participation de la République du Congo à la COP24 à travers une Commission Technique Interministérielle chargée du Suivi des COP et de la préparation de la COP 24, que j’ai mis en place au sein de mon Ministère.

Cette Commission à préparer tous les documents nécessaires à une participation efficace du Congo à cette COP, entre autre le document des négociateurs qui porte sur une trentaine de thématiques qui feront l’objet de négociations.

Il s’agit de l’atténuation, de l’adaptation, des mécanismes de financement, du renforcement des capacités et de l’éducation, du développement et du transfert des technologies, des pertes et préjudices, de la transparence et de la gouvernance, du dialogue Talanoa, du bilan mondial, de la conformité et, du genre et changement climatique, pour ne citer que celles-là.

Mesdames et Messieurs,

Ainsi que vous pouvez le constater notre pays se prépare pour que sa participation à la COP 24 soit une réussite. A présent je me mets à votre disposition pour d’éventuelles préoccupations.

 

Je vous remercie de votre aimable attention.

Partagez sur :