Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI): 65 millions de dollars pour la forêt de la R.Congo

La préservation des forêts HSC et HVC et des tourbières au coeur de ce nouvel accord signé à Paris

Paris, le 3 septembre 2019

A l’occasion de la visite en France du Président Sassou Nguesso, le Président français Emmanuel Macron a signé ce mardi une Lettre d’intention engageant 65 millions de dollars pour la préservation de la forêt tropicale en République du Congo.

Cet accord est conclu avec CAFI, dont la France assume la présidence cette année. La Norvège, la France et l’Union européenne apportent une contribution de 45 millions de dollars à l’accord, auxquels s’ajoutent 20 millions de dollars de l’Agence française de développement (AFD), du Département britannique du Développement international (DFID) et du Ministère fédéral allemand de l’Environnement (BMU).

Couvrant 23,9 millions d’hectares qui représentent 69,8% du territoire national soit l’équivalent de la surface de la Grèce et du Portugal réunis les forêts du Congo-Brazzaville constituent une source inestimable de biodiversité et de stocks de carbone.

L’accord prévoit notamment la mise en œuvre de plans d’utilisation des sols favorisant la protection et la gestion durable des tourbières de la République du Congo, en interdisant tout drainage et assèchement. Découvertes en 2017 dans le bassin du Congo, ces tourbières revêtent une importance vitale dans la lutte contre le changement climatique, car elles contiendraient près de trois années d’émissions mondiales de gaz à effet de serre.

La vision du Congo est de maintenir un taux de déforestation historiquement bas tout en diversifiant son économie. Le pays veut atténuer les risques futurs liés à l’exploitation agro-industrielle, comme il l’a montré dans un récent décret interministériel (2018), qui oriente ces activités vers les zones de savane. L’accord avec CAFI vise à aider le Congo à relever ce défi complexe: œuvrer pour un développement économique durable, tout en prenant des engagements dans des secteurs de croissance clés tels que l’agriculture, les mines et les hydrocarbures et en minimisant leurs impacts sur le changement climatique.

Dans l’accord signé aujourd’hui, le Congo s’engage à ne pas convertir plus de 20 000 hectares par an, et ce uniquement en dehors des zones à haut stock de carbone et à haute valeur de conservation.

Cette Lettre d’intention est la troisième signée entre CAFI et un pays partenaire, après la République démocratique du Congo en 2016 et le Gabon en 2017.

Source: cafi.org

Partagez sur :