Journée Mondiale de l’environnement : Brazzaville réaffirme son combat contre le plastique.

Source : www.mediaterre.org

La ministre de l’environnement de la République du Congo, Arlette Soudan Nounault appelle tous les Congolais à la conscience afin de mettre en application les dispositions du décret du 20 juillet 2011 sur les sacs, sachets et films en plastique. Au cours de la célébration de la Journée Mondiale de l’Environnement le 5 juin 2018 sous le thème « combattre la pollution plastique»

Le thème choisi pour cette année, fait ressortir implicitement l’existante d’interaction entre la production, la consommation des objets plastiques et la préservation de l’environnement, il exhorte les gouvernements, les industriels, les communautés et individus à explorer ensemble les alternatives durables, pour réduire de toute urgence la production et l’utilisation excessive des plastique à usage unique, responsables de la pollution des sols, des cours d’eau , des océans, des mers et de l’air, dégradant ainsi les paysages urbains et menaçant la santé.

Le décret ci-haut cité Le décret ci-haut cité pris par Denis Sassou NGUESSO en 2011, réglemente la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation au Congo des sacs, sachets et films en plastique. Il vise à réduire considérablement la production des déchets plastiques sur le territoire national en l’absence de dispositif adéquat de gestion écologiquement rationnel de ces déchets a précise le ministre Arlette qui a terminé son a dresse à la nation par l’une exhortation : la richesse ou la priorité des nations ne devrait pas se faire au détriment de notre bien commun qu’est la planète. L’humanité devrait donc repenser ses modes de production et de consommation, de manière à favoriser les possibilités de suivie de notre planète »

Pour se souvenir de la conférence historique des nations unis tenue en 1972 à stochholm, en suède, cette journée représente une opportunité pour sensibiliser les populations aux préoccupations environnementales du moment afin de susciter une véritable conscience citoyenne en faveur de l’environnement

Les pays africains sont en instance de conjuguer des grands efforts pour éradiquer la pollution due par les matières plastique. En république démocratique du Congo par exemple, le gouvernement a récemment pris la décision de bannir les sachets plastiques non-biodégradables au plus tard à la fin de ce mois de juin.

Quant au Ruanda, l’usage des emballages plastiques est presque vaincu : dès l’aéroport, tous les emballages plastiques sont retenus et déclassés ; tandis que dans les magasins, le papier a remplacé le plastique.

La ministre de l’environnement de la République du Congo, Arlette Soudan Nounault appelle tous les Congolais à la conscience afin de mettre en application les dispositions du décret du 20 juillet 2011 sur les sacs, sachets et films en plastique. Au cours de la célébration de la Journée Mondiale de l’Environnement le 5 juin 2018 sous le thème « combattre la pollution plastique»

Le thème choisi pour cette année, fait ressortir implicitement l’existante d’interaction entre la production, la consommation des objets plastiques et la préservation de l’environnement, il exhorte les gouvernements, les industriels, les communautés et individus à explorer ensemble les alternatives durables, pour réduire de toute urgence la production et l’utilisation excessive des plastique à usage unique, responsables de la pollution des sols, des cours d’eau , des océans, des mers et de l’air, dégradant ainsi les paysages urbains et menaçant la santé.

Le décret ci-haut cité Le décret ci-haut cité pris par Denis Sassou NGUESSO en 2011, réglemente la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation au Congo des sacs, sachets et films en plastique. Il vise à réduire considérablement la production des déchets plastiques sur le territoire national en l’absence de dispositif adéquat de gestion écologiquement rationnel de ces déchets a précise le ministre Arlette qui a terminé son a dresse à la nation par l’une exhortation : la richesse ou la priorité des nations ne devrait pas se faire au détriment de notre bien commun qu’est la planète. L’humanité devrait donc repenser ses modes de production et de consommation, de manière à favoriser les possibilités de suivie de notre planète »

Pour se souvenir de la conférence historique des nations unis tenue en 1972 à stochholm, en suède, cette journée représente une opportunité pour sensibiliser les populations aux préoccupations environnementales du moment afin de susciter une véritable conscience citoyenne en faveur de l’environnement

Les pays africains sont en instance de conjuguer des grands efforts pour éradiquer la pollution due par les matières plastique. En république démocratique du Congo par exemple, le gouvernement a récemment pris la décision de bannir les sachets plastiques non-biodégradables au plus tard à la fin de ce mois de juin.

Quant au Ruanda, l’usage des emballages plastiques est presque vaincu : dès l’aéroport, tous les emballages plastiques sont retenus et déclassés ; tandis que dans les magasins, le papier a remplacé le plastique.

 

Source : www.mediaterre.org

Partagez sur :