Une plateforme interinstitutionnelle envisagée dans le système statistique

L’idée a été exprimée dans l’une des recommandations formulées par les partcipants à l’atelier de renforcement des capacités des agents en charge de la collecte et du traitement des statistiques du tourisme en République du Congo, tenu à Brazzaville, du 5 au 7 décembre, sous le patronage de la ministre de tutelle, Arlette Soudan-Nonault.

    Le séminaire avait pour objectif de contribuer à l’amélioration de la production des données statistiques sur le tourisme, en se fondant sur les recommandations internationales sur les statistiques du secteur de 2008.

    De façon spécifique, il était question de renforcer les capacités opérationnelles du personnel du ministère du Tourisme et de l’environnement, de l’Institut national de la statistique, du service de la Balance des paiements de la Banque des Etats de l’Afrique centrale et des services spéciaux transfrontaliers, dans la collecte et la production des statistiques du tourisme ; familiariser les participants aux concepts fondamentaux des statistiques du tourisme ; sensibiliser et mobiliser les différents producteurs des données statistiques du tourisme à la franche collaboration dans le processus de collecte et de traitement des données.

     Sept (07) thèmes ont été développés, entre autres, la présentation du système national des statistiques du tourismeles aspects liés à l’harmonisation, la coordination et l’intégration des informations touristiques par la maîtrise du cadre de référence ; les responsabilités institutionnelles et l’organisation administrative de la production des statistiques du tourisme ; l’analyse Swot du système des statistiques du tourisme en République du Congo. Des notions qui permettent d’asseoir le système de statistique du tourisme du pays.

    Concernant les concepts et définitions de base sur le tourisme, Jeannot Michel Abessolo a amené l’ensemble des participants à les comprendre, à savoir voyages ; fondements théoriques, formes de tourisme ; visiteurs internationaux et visiteurs internes ; mesure des flux de visiteurs. Tous ces concepts développés ont apporté une grande lumière aux participants, principalement sur les critères de catégorisation des touristes.

    Au terme des différents échanges et discussions, les participants ont formulé des recommandations lues par le directeur département du Tourisme des Plateaux, Rufin Jean Baptiste Boboutoumouaka-Bossibiaka.

Ils ont recommandé à l’Etat de faciliter la libre circulation des biens et des personnes; mettre en place une plateforme interinstitutionnelle de la collecte des données dans le système statistique du tourisme au Congo; réaliser une enquête nationale sur les motivations et les dépenses touristiques; organiser des campagnes de sensibilisation des décideurs publics, de la société civile, des opérateurs des établissements des industries touristiques à l’importance de la collecte des données en matière des statistiques; apporter un appui logistique, financier et humain aux directions départementales en matière de collecte, de traitement et de publication des statistiques; promouvoir et renforcer le partenariat INS-ministère du Tourisme et de l’environnement, ministère en charge de l’intérieur, secteur privé.

      A l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), les participants ont recommandé la disponibilité des bourses d’études dans le domaine des statistiques et la poursuite de l’assistance technique avec l’OMT et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en matière de renforcement des capacités.

     Avant de clôturer le séminaire, la ministre Arlette Soudan-Nonault, a remis les attestations à un échantillon de participants sur les quatre-vingt-deux qu’ils étaient. Elle a, dans son mot, remercié le Pnud et l’OMT qui ont accompagné son département dans l’organisation et la réalisation de cet atelier, ainsi que tous les participants pour la qualité des résultats obtenus en trois jours.

    « Les recommandations que vous avez formulées nous permettront d’alimenter nos réflexions futures mais, surtout d’améliorer dès à présent la production statistique qui est le facteur clé de décision des investisseurs qui souhaitent venir au Congo. A l’heure où le tourisme se présente à nous comme élément moteur d’une diversification économique indispensable à notre pays, il est primordial de comprendre l’importance d’une visibilité chiffrée du marché », a-t-elle souhaité.

 

Source : www.adiac-congo.com

Partagez sur :