Madame Arlette SOUDAN-NONAULT, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, en charge du développement durable de la République du Congo, succède au Professeur Paul MAVIMA, Ministre de la Fonction Publique et du Dialogue  Social du Zimbabwe, à la tête du Forum Africain sur le Développement Durable.

Tenue le 1er mars 2021 par visioconférence et en présentiel, la session inaugurale du 7ème Forum Africain sur le Développement Durable, qu’abrite Brazzaville jusqu’au 4 mars 2021, placé sous le Très Haut Patronage de Son Excellence Monsieur Denis SASSOU-N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat, a été marquée par la passation de mandat entre le Zimbabwe et le Congo qui dirigera pendant un an le Bureau de ce forum.

Ce bureau dont la Présidence est assurée par le Congo, est composé de quatre autres États, représentants les différentes sous régions de l’Afrique.

Grâce à son leadership sur le continent en matière de Développement Durable, la République du Congo portera la voix de l’Afrique à la prochaine Assemblée Générale des Nations Unies, en vue de faire le point des progrès et des défis dans la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Sitôt investie, la Ministre Arlette SOUDAN-NONAULT, a présidé le panel de Haut Niveau, qui a eu pour thème ” l’action transformatrice pour mieux bâtir à partir de la crise de Covid 19: Vers une Afrique résiliente et verte pour assurer la réalisation du programme 2030 et de l’agenda 2063“, lequel a été suivi par plus de 3000 personnes en ligne.

Dans son propos, la Présidente du 7ème Forum Africain sur le Développement Durable a indiqué que la récession économique engendrée par la COVID 19 pourrait compromettre si nous n’y prenons garde l’atteinte des objectifs de développement durable, particulièrement dans les pays les moins avancés.

Elle a également rappelé, le rôle important que joue l’Afrique en général et l’Afrique Centrale en particulier dans la sauvegarde de la planète grâce à la forêt du Bassin du Congo qu’elle abrite et qui représente le deuxième poumon écologique mondial.

La découverte récente de tourbières qui s’étendent sur près de 145 500 km2 entre notre pays et la RDC et séquestrent environ 30 milliards de tonnes de carbone, représente un défi supplémentaire en terme de gestion durable si nous voulons bâtir une Afrique résiliente et verte. Le développement d’une économie verte doit s’appuyer sur la préservation, la gestion durable et la valorisation de notre capital naturel, a aussi indiqué la Ministre Arlette SOUDAN-NONAULT.

X