• L’objectif du Forum régional africain sur le développement durable est de faire progresser la mise en œuvre intégrée du Programme 2030 et de l’Agenda 2063, qui se renforcent mutuellement. À cette fin, le Forum régional offre une plateforme multipartite pour le suivi et l’examen des progrès et des défis dans la mise en œuvre des deux programmes, tout en renforçant l’apprentissage et en préconisant des mesures et des actions de politiques efficaces. Le Forum régional apporte une contribution importante au renforcement de l’engagement et des synergies multipartites, et à la promotion d’efforts concertés pour mettre en œuvre et atteindre les objectifs de développement des deux agendas. Six sessions du Forum ont eu lieu depuis 2015.

Thème de la septième session du Forum régional africain sur le développement durable

La septième session du Forum régional africain sur le développement durable sera organisée sous le thème « Mieux construire l’avenir : vers une Afrique résiliente et verte pour la réalisation du Programme 2030 et de l’Agenda 2063 ».

Ce thème est aligné sur celui du forum politique de haut niveau 2021 sur le développement durable, à savoir «Une reprise durable et résiliente de la pandémie COVID-19 qui favorise les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable : construire une voie inclusive et efficace pour la réalisation de l’Agenda 2030 dans le contexte de la décennie d’action et de réalisation pour le développement durable »  Dans le sillage de la pandémie et de la dévastation économique et sociale qu’elle a entraînée, ces deux thèmes reconnaissent l’importance de reconstruire nos systèmes socio-économiques en tirant parti des possibilités offertes par les trajectoires de développement vert et à faible émission de carbone en vue de construire une Afrique résiliente, inclusive et durable. Les trajectoires de croissance actuelles suggèrent cependant que de nombreux pays ne parviendront pas à atteindre les objectifs de développement durable d’ici la date limite de 2030. Si nous voulons «ne laisser personne de côté», une approche de l’ensemble de la société est nécessaire, ainsi que des efforts concertés et ambitieux pour transformer notre monde pendant la fenêtre de 10 ans offerte par la décennie d’action pour atteindre les objectifs .

L’année 2020 s’est avérée extrêmement difficile et la pandémie de COVID-19 continue de ravager les économies du monde entier. Nous vivons l’une des périodes les plus perturbantes et les plus incertaines de l’histoire. Après avoir déclenché une crise sanitaire et économique d’une ampleur inédite depuis des générations, la pandémie continue d’exacerber les faiblesses socioéconomiques systémiques, mettant en exergue les vulnérabilités, les lacunes et les inégalités profondément enracinées dans les pays. En Afrique, en particulier, elle a mis à rude épreuve la résilience sociale, économique, politique et environnementale des pays, imposant un lourd tribut aux plus pauvres et vulnérables et mettant en péril des décennies de progrès durement acquis en matière de développement. Selon le Fonds monétaire international (FMI), la pandémie COVID-19 a élargi le déficit de financement du continent à 345 milliards de dollars et fait dérailler les progrès vers la réalisation des objectifs de développement durable, plongeant de nombreux pays africains dans un cercle vicieux dans lequel se posent des problèmes de liquidités, de réduction de l’espace budgétaire et de coût de la dette, ce qui les  empêchent d’ entreprendre bon nombre des investissements contra-cycliques urgents et des mesures de relance nécessaires pour soutenir une forte reprise. En conséquence, le forum politique de haut niveau de 2020 a appelé les pays à s’engager sur des voies de développement durable transformatrices tenant compte des risques pour réaliser les objectifs de développement durable. Les efforts à cet égard doivent être intensifiés d’urgence car le temps ne joue pas en notre faveur.

La crise COVID-19 se déroule dans un contexte de changement climatique et de perte de biodiversité jusqu’à présent inconnu. Dans une année de troubles économiques et sociaux, les perturbations les plus importantes sont peut-être encore à venir. On peut en outre affirmer que l’urgence climatique exige une réponse plus complète et plus audacieuse que la réponse mondiale à la pandémie COVID-19. Beaucoup perçoivent à tort la crise climatique comme distincte des crises sanitaires et économiques provoquées par la pandémie, mais les trois crises et leurs solutions sont interconnectées. La crise du COVID-19 n’est que la dernière manifestation d’une planète profondément désynchronisée avec son monde naturel. La pandémie a mis en évidence le rôle central de la nature dans le développement, révélant la nature systémique des risques et l’impact en cascade des catastrophes dans les trois dimensions du développement durable. Le COVID-19, une maladie d’origine zoonotique, est apparue, au moins en partie, en raison des pressions exercées par le développement humain sur l’environnement naturel. Tant le forum politique de haut niveau sur le développement durable de 2020 que la sixième session du Forum régional africain sur le développement durable ont souligné que les sociétés doivent prendre en compte le rôle crucial joué par le capital naturel, y compris les actifs de la biodiversité, afin d’établir des économies durables et renforcer la résilience à long terme. En effet, l’environnement naturel est la première ligne de défense de l’humanité contre de nombreux aléas. Notre exploitation de la planète se poursuit sans relâche et, dans de nombreux cas, elle dépasse la capacité de régénération des systèmes naturels. Par exemple, avec 3,9 millions d’hectares de forêts perdus chaque année, l’Afrique a connu un taux annuel de perte nette de forêt plus élevé que tout autre continent entre 2010 et 2020. En effet, l’Afrique est le seul continent qui a vu la perte de forêt augmenter dans chacun des trois décennies depuis 1990.[1] En avertissant que la planète est brisée et que l’humanité mène une guerre suicidaire contre le monde naturel, le Secrétaire général des Nations Unies a récemment appelé à un changement radical avant qu’il ne soit trop tard. Cela ne fait que souligner le besoin impérieux d’une action climatique urgente et ambitieuse, car selon toute vraisemblance, les chocs futurs l’emporteront largement sur la pandémie en termes d’impact à long terme. Pour l’Afrique, de manière cruciale, le changement climatique constitue une menace existentielle, mettant en péril la réalisation du programme de développement du continent. Chaque année, le changement climatique coûte généralement aux pays africains entre 2 et 5% du produit intérieur brut (PIB), mais peut parfois réduire le PIB de 15%. Bien que les pays africains doivent maintenant faire face aux graves répercussions économiques et sanitaires de la pandémie du COVID-19, il est essentiel que l’action climatique ne soit pas victime des dommages économiques colossaux causés par la crise du COVID-19. La pandémie a rapproché plus étroitement que jamais la biodiversité, le climat et les impératifs économiques : une planète en saine est une condition préalable pour des personnes en bonne santé et le fondement d’une économie saine. Pour mieux avancer, il faudra une mise en œuvre accélérée du Programme 2030 et des efforts concertés pour renforcer la capacité de l’Afrique à répondre aux chocs tels que le COVID-19, le changement climatique et la perte de biodiversité. Ce faisant, les pays africains peuvent remettre la trajectoire de développement sur la voie de la réalisation des objectifs de développement durable et des objectifs, aspirations et cibles de l’Agenda 2063, tout en renforçant la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le changement climatique.

En 2021, la communauté mondiale n’a plus que 10 années pour atteindre les objectifs de développement durable et seulement 3 ans pour achever le premier plan décennal de mise en œuvre de l’Agenda 2063. En moyenne, les pays africains atteignaient une croissance de plus de 3% par an avant le début de la pandémie actuelle, un chiffre qui se comparait positivement aux taux de croissance moyen dans d’autres régions du monde. Malheureusement, comme l’ont affirmé le Forum politique de haut niveau sur le développement durable de 2020 et le Forum régional africain sur le développement durable 2020, la croissance en Afrique devrait fortement chuter en raison de la pandémie, qui a gravement compromis la capacité des pays africains de  répondre aux besoins de leurs populations et agir pour atteindre les objectifs de développement durable. L’impact immédiat a été sur la pauvreté (objectif 1), la sécurité alimentaire (objectif 2), le bien-être des populations (objectif 3) et le travail décent et la croissance économique (objectif 8). D’autres répercussions négatives découlent des liens entre les objectifs eux-mêmes.

Les neuf objectifs qui seront examinés en profondeur lors du Forum régional sont l’objectif 1 (Mettre fin à l’extrême pauvreté), l’objectif 2 (Faim zéro), l’objectif 3 (Bonne santé et bien-être), l’objectif 8 (Travail décent et croissance économique), l’objectif 10 (Réduction des inégalités), l’objectif 12 (Consommation et production responsables), l’objectif 13 (Action pour le climat), l’objectif 16 (Paix, justice et institutions fortes) et enfin l’objectif 17 (Partenariats pour le développement durable ). Des documents techniques sont en cours d’élaboration sur chacun de ces objectifs et les objectifs correspondants de l’Agenda 2063, et seront partagés sur cette page de l’événement.

Objectif du Forum régional africain sur le développement durable

L’objectif général de la septième session du Forum régional africain sur le développement durable est de mener un suivi régional et un examen des progrès accomplis, de faciliter l’apprentissage par les pairs et de promouvoir des solutions et des actions transformatrices pour accélérer la mise en œuvre des objectifs du développement durable, et des aspirations, objectifs et cibles de l’ Agenda 2063.

Dans le contexte de la crise du COVID-19 et avec un accent particulier sur les neuf objectifs de développement durable à examiner lors du forum politique de haut niveau 2021 et les objectifs correspondants du premier plan décennal de mise en œuvre de l’Agenda 2063, les objectifs spécifiques du Forum régional sont de :

  1. Entreprendre un examen régional et un suivi de la mise en œuvre des deux agendas ;
  2. Fournir une plate-forme d’apprentissage par les pairs et de partage des expériences, des approches, des bonnes pratiques et des enseignements tirés en vue d’accélérer la mise en œuvre des deux agendas;
  3. Identifier et évaluer les lacunes, les défis et les opportunités associés à la mise en œuvre des deux agendas;
  4. Identifier et articuler les actions de transformation, les engagements, les leviers, les partenariats et les mesures que les pays devraient adopter pour mieux construire l’avenir dans un monde post-COVID-19 et accélérer la mise en œuvre des deux agendas au cours de la décennie 2021-2030;
  5. Délibérer et convenir des priorités et recommandations de l’Afrique sous forme de messages clés pour accélérer la mise en œuvre à différents niveaux, et en tant que contribution collective de la région pour informer le forum politique de haut niveau sur le développement durable de 2021, qui se tiendra à New York du 6 au 15 juillet 2020, et pour informer les politiques et programmes de mise en œuvre à différents niveaux.

Sous-thèmes du Forum régional africain sur le développement durable

Les activités de la septième session du Forum régional seront menées sur la base des sous-thèmes suivants, qui ont été élaborés autour des neuf objectifs de développement durable à examiner lors du forum politique de haut niveau 2021:

  1. Pas de pauvreté;
  2. Faim zéro;
  3. Bonne santé et bien-être;
  4. Travail décent et croissance économique;
  5. Réduction des inégalités ;
  6. Consommation et production responsables;
  7. Action pour le climat;
  8. Paix, justice et institutions solides ;
  9. Partenariats.

Format de la septième session du Forum

À la lumière des défis posés par la pandémie actuelle du COVID-19, la septième session du Forum régional se tiendra dans un format hybride qui permettra une participation en personne et virtuelle.

Le Forum régional africain sur le développement durable sera précédé de réunions visant à rassembler et à synthétiser les divers points de vue des parties prenantes et à échanger des idées, des outils, des expériences, des bonnes pratiques et des leçons tirées de la mise en œuvre de l’Agenda 2030 et de l’Agenda 2063. En outre, des réunions similaires seront organisées en marge du Forum régional. Les résultats de ces réunions éclaireront les délibérations du Forum régional. Il est prévu que les réunions et événements pré-Forum incluront les éléments suivants :

  1. Un atelier régional de préparation et de renforcement des capacités à l’intention des grands groupes et d’autres parties prenantes, y compris la société civile, les universités et le secteur privé;
  2. Un atelier régional sur les examens nationaux volontaires des progrès réalisés dans le contexte du Programme 2030 et de l’Agenda 2063;
  3. Un atelier régional sur les examens locaux volontaires des progrès accomplis dans le contexte du Programme 2030 et de l’Agenda 2063 et sur le renforcement de l’action locale pour une reprise durable après la crise du COVID-19;
  4. Le troisième Forum sur la science, la technologie et l’innovation en Afrique;
  5. Des ateliers d’experts et autres réunions thématiques alignés sur le thème et les sous-thèmes du Forum régional.
X