Economie bleue/CCBC-F2BC : les ministres ont validé le rapport final de l’étude de préfiguration du Fonds bleu

Source : afriquenvironnementplus.info

 

Brazzaville a abrité, par présentiel et visioconférence, du 1 au 2 décembre dernier, la 4ème réunion du Comité de pilotage de l’étude de préfiguration du Fonds bleu pour le Bassin du Congo (F2BC) et segment ministériel au cours desquels ont été présentés les résultats de l’étude et de la feuille de route pour l’opération dudit Fonds bleu pour validation par les ministres en charge de l’environnement des pays de la CCBC-F2BC.

Ces assises, ultimes avant d’autres sommets à venir, notamment des Chefs d’Etat, de bailleurs de Fonds prévu en 2021, ont été présidées par Madame Arlette SOUDAN-NONAULT, Ministre congolais du Tourisme et de l’Environnement, Coordonnatrice Technique de la Commission Climat du Bassin du Congo (CCBC) et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo (F2BC). Cette rencontre a permis aux ministres des pays membres de la CCBC-F2BC de s’imprégner des résultats et de la feuille de route pour l’opérationnalisation du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo ainsi que valider le rapport final de l’étude de préfiguration du Fonds bleu pour le Bassin du Congo, une étape indispensable pour slmise en œuvre de cet outil de développement pour les populations comme souhaité par le Chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso, président de la Commission Climat pour le Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo.

Après un parcours entamé à Rabat, au Maroc, le 17 mars 2018, pour le lancement de ce long processus, avec la première réunion du comité ad ’hoc  pour la validation des termes de référence de l’étude de préfiguration du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo afin de baliser le chemin, Mme Arlette Soudan Nonault, Coordonnatrice Technique de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, dans son discours de clôture. a reconnu le long parcours fait, « Nous avons au bout de plusieurs mois de dur labeur atteint les objectifs de la mission qu’ils nous ont confié, celle de faire du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo une réalité. Avec l’étude de préfiguration, nous disposons d’un outil de gouvernance et d’un pipeline de projets bancables issus de nos contributions Déterminées au niveau National ».

Confiante et optimiste, Mme Arlette Soudan-Nonault pense déjà de la faisabilité de ce projet : « Nous serons donc à même à travers la mise en œuvre de ces projets de concilier le développement économique et la lutte contre les changements climatiques, l’une des principales missions assignées aux trois Commissions. »

Ne voulant pas jouer au triomphalisme, Mme Arlette Soudan-Nonault, Ministre congolais du Tourisme et de l’Environnement, Coordonnatrice Technique de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, mesure  le travail combien ardu qui reste à faire pour parachever complètement ce projet avant d’annoncer les différentes étapes à franchir : « Notre travail, cependant, n’est pas complétement achevé car nous devons encore ».  La prochaine étape étant, bien sûr, l’approbation de cette étude par nos présidents lors du deuxième Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo et l’organisation de la Conférence des Bailleurs pour lever des Fonds au profit du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo.

Quid aux recommandations

Au registre des recommandations figurent, la signature, pour les pays qui ne l’ont pas encore fait, du protocole instituant la Commission Climat du Bassin du Congo et le Mémorandum portant création du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo et la ratification du protocole instituant la Commission Climat du Bassin du Congo afin de permettre aux Etats de lever leurs contributions pour le fonctionnement de la Commission Climat du Bassin du Congo. Aussi, aux pays concernés, de s’acquitter de leurs contributions, fixées à hauteur de 370.000 dollars US, pour la mise en place de l’unité de démarrage du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, afin de permettre à la Commission Climat du Bassin du Congo de poursuivre l’identification des projets pays à inscrire dans le pipeline des projets à financer par le Fonds.

« Les prochaines étapes sont donc cruciales. Notre engagement doit être constant et soutenu si nous voulons rendre définitivement opérationnels la Commission Climat du Bassin du Congo et le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo ». a rappelé Mme Arlette Soudan-Nonault, Ministre congolais du Tourisme et de l’environnement, Coordonnatrice technique de la CCBC-F2BC.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’occasion aussi pour Mme Arlette Soudan-Nonault de rappeler aux personnes qui ne croyaient pas à l’aboutissement de ce projet que l’action et la vision sont le maître-mot pour arriver au bout de toute entreprise : « Quant à ceux qui regardaient avec scepticisme le Fonds Bleu lors de sa création, en lui prédisant un destin de projet chimérique, qu’ils doivent aujourd’hui se rendre à l’évidence : lorsqu’action et vision se conjuguent, Tout devient possible ».

Enfin, Mme Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement du Congo, Coordonnatrice technique de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo a fait savoir qu’elle effectuera, en février 2021, une tournée dans les pays concernés par la signature du protocole, du Mémorandum portant création du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, le 9 Mars 2017 à Oyo (Congo) ainsi que la ratification du protocole instituant la Commission Climat du Bassin du Congo.

Partagez sur :